Bien-être,  Le quotidien,  Lifestyle,  santé

Mon ami… le poil !

Bonjour à tou·te·s !

En ce dimanche pluvieux on va discuter de poils et d’épilation.

C’est un sujet parfois sensible, délicat pour certaines personnes, souvent associé à l’hygiène corporelle. Pour moi, il s’agit d’un aspect normal de notre conception d’être humain. Certain·e·s les détestent, d’autres s’en fichent.

Me concernant, comme indiqué précédemment, j’ai un rapport totalement « normal » avec les poils. Je mets « normal » entre guillemets car dans notre monde moderne, le rapport normal aux poils s’entend du fait de vouloir s’en débarrasser à tout prix.

Du coup, de façon anormale (mdr), je n’ai aucun problème avec mes poils et ceux des autres. J’ai commencé à m’épiler toute jeune, surtout par curiosité ou par envie.

Je n’ai jamais senti de pression sociale sauf à certains moments de ma vie.

Dans un premier temps cela a commencé avec certains garçons qui ne concevaient pas le fait que je puisse garder mes poils. J’expliquais mon point de vue, mais il m’est arrivé (et m’arrive encore) de m’épiler pour faire plaisir.

ATTENTION ! Comprenez mon propos s’il vous plait ! En aucun cas il s’agit d’une forme de soumission. J’estime que dans une relation il est tout à fait acceptable de vouloir faire plaisir à l’autre A LA CONDITION que cela ne soit pas imposé. Donc j’expliquais mon positionnement selon lequel l’épilation prend du temps, ça fait mal, ça abîme la peau et que surtout je m’en fiche d’être poilue. Je prévenais alors que l’épilation était pour moi quelque chose de secondaire, sous-entendant le fait que jamais je ne le ferais sous la contraignant d’autrui.

Jusqu’à aujourd’hui, tout s’est toujours bien passé ! Pour faire simple, si un homme (ou une femme) venait à M’IMPOSER une épilation, je conseillerais à cette personne de changer de partenaire/amie.

Le fait que je sois épilée ou non ne change pas la personne que je suis.

Dans un second temps, il a été question de mes sourcils (mdr) ! Oui, oui ! selon certaines personnes mes sourcils étaient trop touffus les désignant comme étant de la broussaille ! J’en ai toujours rigolé et j’en rigole encore. L’on m’a conseillé de m’épiler les sourcils me disant que ce serait mieux.

Mais la question que je me pose : « mieux que quoi, mieux que qui ? »

En toute honnêteté, moi je m’en fichais, je n’en avais rien à faire. Mais je suis quand même allée dans un institut me faire épiler. Effectivement c’était très joli, je dirais même « mieux ».

Ceci dit réfléchissons un instant. Si je n’avais pas procédé à cette épilation, je n’aurais jamais su que c’était joli voire « mieux ». Je me trouvais bien avant. Une chose inconnue est inconnue. Si vous ne la découvrez pas, hé bien votre vision de cette chose ne changera pas.

Ce que j’essaie d’expliquer, c’est qu’au final je n’avais aucun problème avec mes sourcils avant l’épilation (ni après d’ailleurs) ! Le seul problème qui s’est posé avec l’épilation c’est la repousse. A l’endroit où l’on épile la repousse se voit beaucoup trop ce que je trouve vraiment laid.

Sachez que je déteste l’épilation des sourcils, je trouve ça douloureux et contraignant. La fréquence d’épilation est trop importante du fait de la repousse qui est très visible.

A l’heure où j’écris ces mots, (et même avant), je m’épile les sourcils quand ça me chante tout comme le reste de mon corps. Je n’ai jamais eu de problèmes avec mes poils, ça ne va pas commencer maintenant. Il y a des choses qui m’importent beaucoup plus dans la vie et je refuse de devenir tributaire d’un truc aussi futile que mes poils.

Je m’épile de temps en temps au plaisir. Parfois j’en ai marre des poils hop épilation, parfois ils sont là pour plusieurs mois.

Sachez également que notre comportement induit un comportement spécifique chez les autres. Si les gens ont l’habitude de vos poils, ok ils porteront un jugement au départ, mais ils finiront par si faire s’ils vous aiment vraiment.

Cependant, si vous avez suivi mes articles, vous avez dû remarquer que j’ai fait l’acquisition d’un épilateur à lumière pulsée.

Comment expliquer cela après avoir lu mes propos sur les poils ?

J’avais envie de diminuer la quantité de poils, mais pas nécessairement faire appel à une épilation définitive. (un article est en préparation sur l’appareil en question).

Dans ma vie, je passe des étapes quant à certaines choses. J’aime vivre ma vie comme je l’entends sans pression. Aujourd’hui, mon regard sur les poils est le même, mais j’ai envie d’en avoir un peu moins, de ralentir leur repousse (sans les exterminer définitivement).

Mesdames et messieurs ! Faites comme vous voulez ! Paradoxalement, on préconise aux gens de ne pas succomber aux normes soit-disant imposées, mais il est tout à fait concevable de faire les choses par envie.

Je pense que le problème aujourd’hui vient surtout du fait de trop vouloir se mêler de la vie des gens, de toujours psychanalyser leurs faits et gestes.

Si ça vous dit, n’hésitez pas à partager votre vision des poils, de l’épilation. A me dire si vous avez subi des pressions et que vous y avez succombé par peur du rejet. Ou si tout simplement vous vous en fichez.

Sur ces mots, bon dimanche 🙂 !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :